Budos, la Gironde, France

Budos, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France

Budos, dont les habitants sont appelés les Budossais, est une commune du département de la Gironde, située dans le  sud-ouest de la France, en région AquitaineLimousinPoitou-Charentes. Située à proximité du Ciron dans le vignoble des Graves et jouxtant le célèbre village viticole de Sauternes, Budos est une commune de l’aire urbaine de Bordeaux, et qui a comme activité principale, la viticulture, aujourd’hui prospère dans la région. La commune est, également, réputée pour son eau, car elle est une des plus grandes sources d’eau de la région, eau qui alimente tout le sud de la Communauté urbaine de Bordeaux par un aqueduc.

Budos, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France

Le village se trouve à 14 km à l’ouest de Langon, chef-lieu d’arrondissement, à 15 km au sud de Podensac, chef-lieu de canton, ainsi qu’à 42 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département. La commune est limitrophe de Pujols-sur-Ciron au nord-nord-est, Bommes au nord-est, Sauternes à l’est, Léogeats au sud-est, Balizac au sud-ouest et Landiras de l’ouest au nord.

La commune est traversée, dans le bourg, par une route tronc commun des départementales D114 et D118, la première reliant Pujols-sur-Ciron au nord-est et Villandraut au sud, la seconde reliant Illats au nord et Balizac au sud-ouest. Au nord du bourg, la route départementale D125 mène vers le nord-ouest à Landiras et vers l’est à Sauternes. Podensac est l’accès le plus proche à l’autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse), distant de 11 km par la route vers le nord.Budos, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France
L’accès Bazas à l’autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 21 km vers le sud-est. La gare de Preignac est la plus proche, située à 9 km par la route vers le nord-est, sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine ; offrant plus de trafic, celle de Langon se trouve à 13 km vers le nord-nord-est.

PATRIMOINE

  • L’église Saint-Romain: inscrite en tant que monument historique en 1986, cet édifice, d’origine romane, fut initialement construite au XIIe siècle, il a été profondément modifié au cours des siècles et ne conserve aujourd’hui que son chevet et une partie du chœur d’origine.
  • L’aqueduc: c’est entre 1886 et 1887 que cet aqueduc a été réalisé sous la direction de Wolff, ingénieur des Ponts et Chaussées et directeur des Eaux de la ville. L’ouvrage, long de 41 kilomètres et haut de 1,75 mètre. Cet aqueduc souterrain fonctionne uniquement par gravité : des siphons permettent de franchir les neuf cours d’eau qu’il croise. Des édicules, disposés régulièrement sur le parcours, permettent sa surveillanceBudos, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France
  • Le château de Budos : il ne reste que des ruines de ce château fort, qui du XIVe siècle, il a été remanié au XVIe siècle. Il a été bâti par le neveu du pape Clément V, Raymond Guilhem de Budos, peu de temps après la construction du château de Villandraut, en 1305. Acheté aux Budos par Raymond de La Roque en 1571, le château subit un sévère assaut en 1652, pendant les guerres de la Fronde. La Révolution faillit l’anéantir, puisque, vendu comme bien national, il servit de carrière pour bâtir des digues sur le Ciron jusqu’à ce qu’il devienne, en 1860, propriété de Léon de Brivazac, fils de Delphine Catherine de La Roque de Budos (née au château en 1789). Cinq descendants (Savary de Beauregard) l’ont confié à l’association Adichats qui y rassemble des jeunes pour mettre en valeur et sauvegarder ce qui peut l’être. Inscrit en tant que monument historique en 1988, le château organise chaque année, dans son enceinte, des fêtes autour de différents thèmes
  • Le moulin de Fontbanne et plusieurs maisons, dont une du XIIIe siècle: ces monuments ont été détruits dans le but de construire le site de captation et le départ du tunnel.

 


Page visitée 8 fois