Essonne, France, Patrimoine environnemental

Departement de l’Essonne, Île de France, France, nature

L’Essonne, est une portion de l’ancienne Seine-et-Oise, comme ses départements limitrophes que sont les Yvelines à l’ouest, les Hauts-de-Seine au nord-ouest et le Val-de-Marne au nord et nord-est. À l’est et au sud-est se trouve le plus vaste département de la région Île-de-France, qui est la Seine-et-Marne. Au sud et au sud-ouest, se trouvent le Loiret et l’Eure-et-Loir.

Du côté de l’hydrographie, le département est traversé par de nombreux cours d’eau d’importances et de tailles diverses. Le fleuve la Seine passe au nord-est du territoire, entrant par l’est au Coudray-Montceaux et parcourt vingt-quatre kilomètres jusqu’à Vigneux-sur-Seine. Plusieurs de ses affluents parcourent le département, sur la rive droite, l’Yerres parcourt dix-sept kilomètres en Essonne. Sur la rive gauche, l’École fait un court passage au sud-est entre Oncy-sur-École et Soisy-sur-École, la confluence étant située en Seine-et-Marne à Saint-Fargeau-Ponthierry, l’Essonne entre par le sud du département à Boigneville et rejoint le fleuve à Corbeil-Essonnes après un parcours de quarante-quatre kilomètres, l’Orge commence à Dourdan pour se jeter dans la Seine à Viry-Châtillon et Athis-Mons sur quarante-et-un kilomètres, la Bièvre fait une petite incursion à l’extrême nord-ouest entre Verrières-le-Buisson et Bièvres.Essonne, Île-de-France, France, Patrimoine environnemental, eau

Parmi les sous-affluents du fleuve, la Sygrie coule depuis le plateau de Vélizy, grossissant l’Orge par sa rive gauche, au nord-ouest l’Yvette alimentée par la Mérantaise, le Vaularon et le Rouillon trace la vallée de Chevreuse, à l’ouest la Salmouille et la Rémarde alimentée par la Prédecelle descendent du plateau de Limours, sur la rive droite la Renarde descend de la Beauce. Au sud, rejoignant l’Essonne par sa rive gauche coule la Juine, alimentée par la Louette et la Chalouette.

Plusieurs lacs et étendues d’eau, naturels ou artificiels, sont aussi répartis sur le territoire. En bord de Seine se trouvent le lac de Viry-Châtillon, le lac de Draveil et le lac de Vigneux-sur-Seine. Assurant la régulation et la retenue des eaux, le lac de Saulx-les-Chartreux et les étangs de Saclay constituent aujourd’hui des espaces protégés. Le patrimoine hydrique du département est caractérisé, également, par le lac de Vert-le-Petit, le lac de Tigery, la fosse Montalbot, l’étang de la Veyssière et celui de Trévoix.

Concernant l’alimentation par l’eau potable, le département est traversé du Sud au Nord par l’aqueduc de la Vanne et du Loing qui est chargé, par son prolongement formé par les aqueducs d’Arcueil et de Cachan et le réservoir de Montsouris, d’alimenter Paris en eau potable.

Patrimoine environnementalEssonne, Île-de-France, France, Patrimoine environnemental, gro

Pour moitié intégré à l’agglomération parisienne, le département de l’Essonne, dispose néanmoins d’un environnement préservé sur une large part de son territoire. Ainsi, près de 139000 hectares, soit près de 78 % du territoire sont encore classés comme des espaces ruraux. Le Hurepoix, la Brie, le Gâtinais et la Beauce sont les quatre régions naturelles qui composent le département et présentent chacune des paysages typiques et bien distincts. Au nord-est, la Brie en Essonne est couverte par la vaste forêt de Sénart aux essences de chêne, de châtaignier, de charme et de bouleau, le Hurepoix mélange vallées boisées et plateaux agricoles, le Gâtinais est en grande partie recouvert par la forêt de Fontainebleau et sa forêt annexe de Milly, dont le sol sablonneux et rocailleux est couvert de chêne, de pin sylvestre et de hêtre.

Le département est traversé, d’Est en Ouest,  par la ceinture verte d’Île-de-France, avec un bandeau formé par la forêt de Dourdan et celle d’Angervilliers, puis la forêt de la Roche Turpin, la forêt du Belvédère, la forêt des Grands Avaux et celle de Milly-la-Forêt qui rejoint la forêt de Fontainebleau à l’est. La forêt de Verrières et la forêt de Sénart forment au Nord, deux espaces préservés en bordure de la première couronne parisienne. Les espaces verts ne manquent pas en Essonne, de ce fait, plusieurs parcs d’envergures départementales parsèment le territoire et permettent une approche plus ou moins naturelle de l’environnement. Les deux plus importants sont la base de plein air et de loisirs d’Étampes et la base de plein air et de loisirs du Port-aux-Cerises au nord, sans oublier l’arboretum Vilmorin et l’arboretum municipal de Verrières-le-Buisson, l’arboretum de Segrez à Saint-Sulpice-de-Favières et le Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales, aromatiques et industrielles à Milly-la-Forêt. D’autres parcs sont présents sur le territoire, comme :

  • Le parc de Jeurre à Morigny-ChampignyEssonne, Île-de-France, France, Patrimoine environnemental, par
  • Le parc de Chamarande
  • Le parc du château de Courances
  • Le parc de Courson
  • Le parc du château à Saint-Jean-de-Beauregard

La présence de ces parcs et forêts nous propose plusieurs arbres remarquables dont un tilleul, un chêne, des platanes , des séquoias, un sophora du Japon et des hêtres. Une part importante du territoire est occupée par deux espaces renommés. Au nord-ouest, la Vallée de Chevreuse, au sud-est, le parc naturel régional du Gâtinais français.

Dépassant pour certains les limites administratives, dix sites ont été recensés par le réseau Natura 2000 dont trois sont classées « Zone de protection spéciale » :

  • les marais de Fontenay-le-Vicomte et d’Itteville
  • le Massif de Fontainebleau
  • le Massif de Rambouillet

Réparties dans plusieurs communes, la Réserve naturelle des sites géologiques de l’Essonne qui occupe près de cinq hectares est classée Réserve naturelle nationale, elle est complétée par plusieurs réserves naturelles régionales dont le bassin de Saulx-les-Chartreux, le parc d’Itteville, les Grands Réages à Varennes-Jarcy et l’arboretum Roger de Vilmorin à Verrières-le-Buisson. Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer a lui aussi classé un certain nombre de sites dont la vallée de la Juine et ses abords ainsi que celle de l’Yerres et ses abords.Essonne, Île-de-France, France, Patrimoine environnemental, cou

Principalement résidentielles, les communes du département font des efforts de politique environnementale et d’embellissement, récompensées pour certaines par des fleurs au concours des villes et villages fleuris, Sainte-Geneviève-des-Bois est classée quatre fleurs ; Boutigny-sur-Essonne, Chilly-Mazarin, Corbeil-Essonnes, Dourdan, Étampes, Évry, Les Ulis, Massy, Paray-Vieille-Poste, Ris-Orangis, Villebon-sur-Yvette et Viry-Châtillon sont classées trois fleurs ; Arpajon, Briis-sous-Forges, Épinay-sur-Orge, Étréchy, Grigny, Longjumeau, Morangis, Ollainville, Orsay, Palaiseau, Saint-Germain-lès-Arpajon, Saint-Michel-sur-Orge, Savigny-sur-Orge, Villejust, Wissous et Yerres sont classées deux fleurs et pour le reste, elles sont classées une fleur.

Vous pouvez visiter tous ces espaces naturels grâce à l’équipement du département de plusieurs circuits de grande randonnée.


Page visitée 15 fois