Langoiran, la Gironde, France

Langoiran, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fr

Langoiran, dont les habitants sont appelés les Langoirannais, est une commune du département de la Gironde, située dans le sud-ouest de la France, en région AquitaineLimousinPoitou-Charentes. La commune se trouve à égale distance (23 km) du sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, et de Langon, chef-lieu d’arrondissement et à 11 km au nord-ouest de Cadillac, chef-lieu de canton.

Aux frontières de Langoiran, on trouve Haux au nord, Capian à l’est, Lestiac-sur-Garonne au sud-est, Portets au sud-ouest sur la rive gauche (sud) de la Garonne, et  Le Tourne à l’ouest. Notre petite ville est répartie sur son espace géographique en trois entités : le centre bourg et son port, le Pied-du-Château et le Haut-Langoiran. Le quartier du port est constitué de jolies maisons (anciennes maisons de pêcheurs le long du Grand Estey, ancien relais Saint Martin, sur la berge de la Garonne, construites au XVIe siècle. Le pont métallique de la fin du XIXe siècle, dénommé Pont Eiffel car il fut construit selon les principes techniques duLangoiran, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fr célèbre ingénieur Gustave Eiffel, a été construit par l’entrepreneur Fives Lille et permet de franchir la Garonne pour rejoindre le bourg de Portets situé sur la rive gauche.

HISTOIRE

A la Révolution, la commune de Langoiran est formée par la paroisse Saint-Pierre de Langoiran. Passage sur la Garonne en octobre 1852, du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III. Il est à rappeler qu’avant la Seconde Guerre mondiale, la commune était spécialisée dans la tonnelerie. Le dernier tonnelier à avoir exercé cette activité fut Camille Lafon, qui cessa son activité en 1974. Pendant l’Occupation, la Ortskommandantur de la Wehrmacht se situait au no 1 de l’allée Aristide-Briand (c’est dans ce même bâtiment que se trouvait quelques années auparavant l’hôpital militaire pour les blessés français et alliés de la Première Guerre mondiale). Le commandeur logeait, quant à lui, dans une propriété au lieu-dit le Pin. Le 25 août 1944, des éléments de la colonne Druilhe campent à Langoiran ; c’est le 26 août 1944 vers minuit, que le commandant Rougés rencontre, au château de Langoiran, les principaux chefs de la résistance de Dordogne qui sont les colonels Druilhe et Adeline en leur remettant la convention de reddition de Bordeaux signée parLangoiran, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fr le commandant de la base sous-marine de Bordeaux depuis août 1941, Hafenkommandant Korvettenkapitän z.V. Kühnemann. 17 ans après la remise de la convention de reddition de Bordeaux, plus exactement, le 15 avril 1961, fut le passage à Langoiran du président de la République le général de Gaulle, ainsi que du colonel de Bonneval (aide de camp du général) et du préfet Gabriel Delaunay.

PATRIMOINE

  • L’église Saint-Pierre-ès-Liens du Haut-Langoiran: abritant une chapelle de 1541 dédiée à la Vierge, l’église fut construite dans un style roman, elle est classée au titre des monuments historiques.
  • L’église Saint-Léonce : construite par Abadie à la fin du XIXe siècle.
  • Le presbytère de l’église Saint-Pierre-ès-Liens : il date de la fin du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle.
  • Le château de Langoiran: cette demeure est un château médiéval du XIIIe siècle – XIVe siècle, il est classé au titre des monuments historiques.
  • La maison Bouliac : appelée aussi Maison Rateau, cette demeure fut construite entre1810 et 1815 au Haut-Langoiran, elle fut la propriété du général André Arthur Rateau au début du XXe. Elle est inscrite au titre des monuments historiques.
  • Le cinéma Splendid: situé à l’avenue Michel-Picon, il es inscrit au titre des monuments historiques.
  • Les moulins: – Moulin fortifié du Gaillardon (XIVe et XVe) – Le moulin soulin de Labatut : situé sur le ruisseau qui seLangoiran, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fr jette dans la Garonne, au port de Langoiran, il date du XIVe siècle, ayant un plan qui forme un vaste parallélogramme, sans mur intérieur de sorte que le tout ne devait former, à chaque étage, qu’une seule pièce, au milieu de laquelle s’élève un pilier carré en pierre, destiné à supporter la charpente. Et enfin – Le Moulin Neuf à Espiet, qui a fourni une semblable disposition. On entre au rez-de-chaussée, du côté de Sud, par une porte ogivale, haute de 2,30 m au-dessous de la clef et large de 1,90 m. Une autre porte, probablement moderne, s’ouvre au nord. Deux meules sont actuellement en mouvement.
  • Le parc de Pommarède: il abrite le château de Pommarède qui fut réaménagé en réfectoire scolaire dans les années 1970 et qui abritait une importante serre qui fut détruite.
  • Le zoo : un zoo spécialisé dans les rapaces et les reptiles, qui appartenait à Robert Verbeke, existait avant 1994.
  • Le monument aux morts

 


Page visitée 48 fois