Béguey, la Gironde, France

Beguey, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fran

Béguey, dont les habitants sont appelés les Bégueyrais, est une commune du département de la Gironde, située dans le sud-ouest de la France, en région AquitaineLimousinPoitou-Charentes. Située dans l’Entre-deux-Mers et sur la Garonne en rive droite (nord), la commune se trouve à 33 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 14 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d’arrondissement et à environ 1,5 km au nord-ouest de Cadillac, chef-lieu de canton.

Sur la rive droite de la Garonne, la commune est limitrophe de Laroque au nord-est, Cadillac au sud-est, et Rions au nord-ouest ; sur la rive droite, les communes limitrophes en sont Podensac à l’ouest et Cérons au sud-ouest. S’étendant sur 3,16 km², elle est située à 15 mètres d’altitude, le fleuve la Garonne est le principal cours d’eau qui traverse la commune, qui est proche (à environ 20 km) du parc naturel régional des Landes de Gascogne.

TOPONYMIE ET PATRIMOINEBeguey, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fran

Toponymie

Saint Saturnin est déjà mentionné, au XIIIe siècle, sur la liste officielle des paroisses du diocèse de Bordeaux, en Benauge.  Selon le témoignage d’un voyageur, Abraham Golnitz, qui fait état dans une de ses notes de voyage de 1638, qu’il s’était restauré dans une auberge près de la Garonne, située en dehors d’une enceinte fortifiée, dans un lieu appelé Bigui, où l’on trouvait des voitures de louage. Cette auberge aurait porté l’enseigne « Lou Bigay », à cause d’un coq qui surmontait une croix à proximité de l’établissement. Pourtant, le nom de Béguey existait déjà au XVe siècle puisqu’en 1410, une trêve fut signée à Béguey (trêve de Noël, pendant la guerre de Cent ans), entre les représentants de la France et de l’Angleterre, au château de Béguey édifié sur l’emplacement du Peyrat.
Ce château était sans doute la résidence du viguier de Cadillac. Ce mot viguier a été orthographié de façons différentes, selon les époques. Son origine latine est « Vigerius », d’où les orthographes changeantes. Le seigneur de Neyrac remplissait donc les fonctions de viguier auprès du seigneur de Cadillac.

PatrimoineBeguey, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fran

  • L’église Saint-Saturnin: c’est en lieu et place d’une ancienne église romane que cet édifice fut construit entre 1864 et 1868 dans un style néo-gothique, par l’entrepreneur Gilles Livran suivant les plans de l’architecte Hosteing et décoré par le sculpteur Dumirail. L’église n’est pas orientée, et le chœur se trouve à l’ouest. La nef à bas-côtés est terminée par un chevet polygonal sur lequel s’appuient au nord la sacristie et au sud le clocher-tour à flèche en maçonnerie.
    Les chapiteaux, les culots, les clés de voûte et les voussures du portail portent un décor végétal, tandis que les modillons extérieurs et le garde-corps de la tribune présentent une ornementation géométrique. Parmi les nombreux vitraux qui éclairent l’édifice figure une rosace où paraissent les effigies des donateurs. Les boiseries ont été exécutées à la fin du XIXe siècle par un artisan local.
  • Le buste de Pierre Laffitte: il se trouve sur un monument érigé à la mémoire du philosophe Pierre Laffitte (1823-1903), natif de la commune. Sis sur une placette, sur la route départementale D10.
  • La croix de chemin : cette croix est surmontée d’un coq, symbole du village.Beguey, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Fran
  • Le mascaret: c’est un phénomène exceptionnel qui se produit dans certains estuaires aux époques des grandes marées (on a répertorié environ 60 sites dans le monde). Actuellement, en France, il subsiste uniquement en Aquitaine. Ce phénomène apparaît dans les estuaires larges et peu profonds (2 à 4 mètres de profondeur), à marée basse, à gros coefficient de marée (de l’ordre de 100). Dans des conditions très particulières (fort coefficient de marée, fleuve à gros débit et très faible niveau d’eau), la marée montante qui est freinée par les flots de la rivière constitue une série de bourrelets qui peuvent atteindre 3 mètres de hauteur dans les meilleures conditions. Cet ensemble de vagues (une dizaine séparées d’une distance d’une dizaine de mètres) emportant avec lui près de la moitié de la marée montante remonte l’estuaire avec une vitesse de 15 à 30 km/h. Il se propage ainsi sur plus de 150 km de distance puis disparaît dans les zones où le courant de marées est complètement affaibli. Il est toute fois bon à savoir que MASCARET est un mot gascon datant du XVIe siècle qui signifie  » bœuf tacheté « . Il vient de mascara  » mâchurer, tacheter « , par analogie avec un animal bondissant. Dans certaines régions, on l’appelle improprement BARRE.

 


Page visitée 24 fois