Moselle,Lorraine,France

Au point de rencontre de la France, du Luxembourg et de l’Allemagne, Moselle, le Pays des Trois Frontières, est une région où se raconte l’histoire de l’Europe, de Charlemagne à Robert Schuman. Avec sa vallée, ses vignobles, ses forêts, son passé industriel, ses fortifications, ses châteaux, ses villages pittoresques, le Pays des Trois Frontières offrira au visiteur un patrimoine des plus riches façonné par l’histoire et la géographie.

Au Pays des Trois Frontières, le Chemin de la Moselle projette le visiteur dans un paysage pittoresque bordant les méandres d’une rivière qui, de ses rives engazonnées, salue coteaux et vignobles, forêts mystérieuses et vallons harmonieux, petites églises campagnardes et calvaires joliment sculptés. En empruntant les parcours parfaitement fléchés du Chemin de la Moselle, randonneurs, cyclotouristes ou cavaliers découvriront une nature préservée, véritable havre de détente émaillé de curiosités architecturales et de sites historiques. Dans ce vert univers, la gastronomie est au centre de nombreuses fêtes et festivals qui savent renouer, en période estivale, avec les traditions.
De chaque côté du Chemin de la Moselle, l’ouverture des frontières a depuis longtemps installé un climat de franche fraternité entre les peuples voisins. Symbole de cette cohabitation harmonieuse : Schengen, dont les accords du même nom ont décidé, les 14 juin 1985 et 19 juin 1990, de la libre circulation des hommes à l’intérieur de l’espace européen.
Au Pays des Trois Frontières, ont sait prendre le temps de vivre, dans une atmosphère de paix définitivement retrouvée.

GASTRONOMIE

Située au pays de Sarrebourg, Phalsbourg organise les 6, 7, 13 et 14 décembre 2003 la huitième édition de la Fête régionale du foie gras. Pendant quatre jours, une trentaine de producteurs et de fabricants mosellans et alsaciens présentent leurs recettes et font déguster leurs foies gras d’oie et de canard, rillettes, confits. Pâtés, bretzels fourrés au foie gras, magret fumé, chapons…Un rendez-vous incontournable pour les gastronomes qui peuvent également réveiller leurs talents de cuisiniers en apprenant à préparer leur foie gras avec Georges Schmitt du restaurant Soldat de l’An II et Roland Richert du restaurant Erckmann-Chatrian. Souvenez-vous ! Après Nérac et Périgueux, c’est en Alsace qu’apparaît le foie gras grâce à un Mosellan. Fils d’un tonnelier, né à Dieuze le 24 octobre 1757, Clause débute comme petit « gâte-sauce »* dans une auberge d’Evreux avant d’entrer au service du Maréchal de Contades à Strasbourg. Devenu premier cuisinier, c’est là qu il confectionne vers 1780 son premier pâté de foie gras en croûte.
Marmiton
A la tombée de la nuit, un cortège magique surgit a Sarrebourg sur le thème de Noël : des chars ; des groupes musicaux, des cavaliers…
Dans la rue du Musée, le village de Noël propose des idées cadeaux et décorations, des gourmandises, une crèche grandeur nature, la maison du Père Noël et un manège.
Walscheid
Accueille dans la grotte de Saint-Léon une authentique crèche vivante : vraies personnes, animaux réels et nouveau-nés !
L’EPOPÉE DU VIN EN MOSELLE
Les romains découvrent très tôt les vertus du terroir mosellan propice à la culture de la vigne (Edit de l’empereur Probus en 276). Le développement du vignoble se poursuit sur les côtes de Moselle pendant toute la période gallo-romaine et au Moyen-âge sous l’impulsion des pouvoirs seigneuriaux qui réussissent à protéger la culture de la vigne contre les nombreuses invasions. Quelques périodes sont particulièrement fastes pour la production et le négoce : le. Royaume d’Australie (511) suite à la partition de l’empire de Charlemagne, le pouvoir de l’évêque de Metz et le rayonnement des abbayes de Sainte Glossinde (620) et de Gorze (650).
Au XIXème siècle, le vignoble atteint son apogée. Prés de 6000 ha sont alors exploités et une grande partie de la récolte sert à l’élaboration du « sekt  » allemand. La région est alors en passe de devenir une « seconde Champagne » avec 57 600 hectolitres vendus en 1894 en Allemagne pour une production totale de près de 400 000 hectolitres.

La fin du XIXe siècle, avec notamment le phylloxéra, marque un coup d’arrêt pour la production régionale.
Le départ des allemands a la fin de l’Annexion (1870-1918) prive le vin de Moselle de son principal débouché. Et les choix politiques de l’époque ne favorisent pas les vins septentrionaux. La révolution industrielle, se fait au détriment de la viticulture. En 1986, la surface exploitée n’est plus que d’une dizaine d’hectares.

LE VIGNOBLE : PAYSAGE, TERROIR ET CEPAGES 
Le vignoble mosellan français se situe dans la partie méridionale du vignoble du même nom, omniprésent du côté allemand et  luxembourgeois. Les vignes plantées sur les coteaux dominent a environ 250 m d’altitude la Moselle jusqu’au sud de la ville de Metz. L’aire d’appellation Moselle compte aujourd’hui 19 communes viticoles. Une seule d’entre elles, Vic-sur-Seille, se trouve excentrée au sud-est de cette zone.
Le terroir se caractérise par des sols argilo-calcaires avec des pentes assez marquées exposées sud-sud-est. Le climat continental apporte l’humidité nécessaire et la chaleur estivale garantissant la bonne maturation des raisins. Les sinuosités de la vallée de la Moselle protègent les vignobles du gel. La vigne est taillée traditionnellement en arcure simple  » guyot  » en limitant le nombre de bourgeons pour obtenir un rendement assurant l’optimum de qualité (80 hl/ha maximum pour les blancs et rosés et 65 hl/ha maximum pour le rouge).
Quelques plantations sont réalisées en lyre.
L’usage des cépages (décret de 1951 modifié en 1986) est assez original dans cette appellation puisque l’on fait autant appel à des cépages rouges d’origine bourguignonne, comme le gamay (utilisé dans le Beaujolais) et le pinot noir, qu’à des cépages blancs d’origine germanique comme le riesling, le muller-thurgau et le gewurztraminer. D’autres cépages sont également associés, comme par exemple, l’auxerrois présent depuis toujours dans la région ; le pinot gris aussi connu en Alsace sous le nom de Tokay ; le pinot blanc que l’on retrouve aussi en Alsace et le pinot meunier entrant aussi dans l’élaboration du Champagne. Voilà donc un vin placé sous les meilleurs auspices !

PATRIMOINE ET HISTOIREMoselle,Lorraine,France,patrimoine

Autour de Thionville la carolingienne, le Pays des Trois Frontières dévoile toute sa richesse et sa diversité.
Amateurs d’Histoire, venez découvrir les très nombreux châteaux du Pays des Trois Frontières : le château de Malbrouck edifié au XVe siècle, fleuron de la Région magnifiquement restauré, le Château Fort de Sierck-les-Bains, surplombant la Moselle, le village médiéval de Rodemack et les châteaux résidentiels de la Renaissance au XIXe siècle.La richesse du patrimoine religieux des Trois Frontières attirera votre attention. Vous apercevrez certainement à la croisée des chemins l’un des 500 calvaires et bildstocks, ces petits monuments de pierre qui évoquent les usages religieux d’autrefois…
Vestiges gallo-romains et traces de la civilisation celte constituent autant d’incursions dans le passé, notamment à Audun-le-Tiche ou à Mondelange.
De nombreux ouvrages de la ligne Maginot marquent encore la paysage. A Veckring par exemple, le Fort du Hackenberg vous amènera à découvrir, en empruntant son train électrifié une véritable cité souterraine qui pouvait accueillir mille hommes durant la drôle de guerre de 1939-1940.
L’écomusée des Mines de fer de Lorraine abrite la mémoire industrielle du Pays des Trois Frontières : vous pourrez pénétrer à Neufchef dans un réseau de 1500 m de galeries et découvrir les différentes époques du travail de la mine. A Aumetz, vous aurez accès à l’un des derniers chevalements de mine construits en Lorraine.


Page visitée 212 fois

Envoi
User Review
0 (0 votes)