Les Vosges,France,tourisme hivernal

Mettons le cap sur les Vosges en nous intéressant à la matière touristique hivernale ; c’est l’un des atouts majeurs de l’hiver lorrain qui prend incontestablement de la hauteur. Le visiteur s’octroie de multiples opportunités de découvertes et de plaisirs.
La glisse, les glisses plus exactement, retiennent logiquement l’attention. Par la qualité et la diversité des domaines de ski alpin et nordique, grâce à l’attention portée par leurs gérants à l’évolution des attentes d’un public attiré tout autant par les nouvelles glisses que par un retour à des pratiques plus traditionnelles telles que le telemark.
Dans des paysages de toute beauté, la nature demeure un champ d’évasion unique pour les amateurs de ski, comme pour de plus contemplatifs promeneurs. De nombreux efforts ont d’ailleurs été faits, ces dernières années, pour faciliter cette découverte en toute sécurité. Le tracé de chemins balisés y concourt, comme la présence d’accompagnateurs professionnels et avertis. Bref, à qui recherche le calme ou l’atmosphère plus tonique, plus enjouée, des pistes vertes, bleues, rouges ou noires, les Vosges apportent une réponse.
L’attrait d’un séjour hivernal vosgien ne s’arrête pas là. Nombreuses sont en effet les occasions de partager hors ski les activités artisanales, les initiatives culturelles et festives. Une autre façon de mieux connaître une montagne qui ne manque ni d’imagination ni d’originalités quand il s’agit de garantir la réussite d’un séjour de détente et d’exploration.

LES INEDITS DU MASSIF
En matière d’offre de loisirs hivernaux, la montagne vosgienne fait preuve d’imagination. Petit tour d’horizon d’initiatives parfois inédites et promptes à satisfaire le maximum de goûts.
S’offrir un séjour hivernal dans le massif des Vosges, c’est s’assurer une diversité de loisirs dont certains sont novateurs, pour ne pas dire inédits. Parlons aurore, par exemple. Comme le forfait du même nom, à la station de La Bresse – la Schlucht – le Hohneck, qui permet de skier dès 6 heures du matin les samedi et dimanche et comprend le petit déjeuner. La glisse matinale née à La Bresse fait, depuis, des petits en France.
Les couche-tard ont, eux aussi, tout loisir de s’exprimer grâce aux pistes éclairées des domaines de La Bresse- la Schlucht-le Hohneck et de la Mauselaine (Gérardmer). Toujours à propos du ski de descente, plusieursformules méritent l’attention. À La Bresse- la Schlucht – le Hohneck, le « free pass » contient toutes les données relatives au forfait choisi et au matériel loué. Cette billetterie « mains libres » réduit considérablement l’attente. La station propose également une location de vêtements de ski sous la forme d’un pack anti-glagla : un forfait intégrant la journée de ski, la location de skis et d’équipements (chaussures, pantalon, anorak, gants, sous-pull et caleçon long).
Toujours à La Bresse, l’office de tourisme propose le « Pass Montagne » qui permet, en une journée, la découverte des nombreuses activités développées dans cette station de montagne : parapente, randonnée avec lamas, astronomie, tir à l’arc, swing-golf…
Tel est bien en effet l’attrait d’un séjour, court ou plus long, dans les stations vosgiennes qui bénéficient, certes, du professionnalisme des gérants des domaines de ski alpin et nordique, mais aussi d’un environnement propice à la pratique de nombreux loisirs, et surtout de la volonté des montagnards vosgiens de partager leur savoir-faire.

INITIATION AU BIATHLONLes Vosges,France,tourisme hivernal,Chalet-extérieur-hiver
Christian Poirot, l’ancien sélectionné aux jeux Olympiques de Lake Placid et de Sarajevo et ex-champion de France de biathlon, en est une belle illustration. Le patron du « Montagnard» met en effet cette discipline exigeante à la portée de tous en proposant l’initiation sur le stade de biathlon de la Ténine à La Bresse. De quoi partir avec enthousiasme sur les traces de Véronique Claudel, médaillée d’or par équipe aux J.O d’Albertville.
Un survol des hautes chaumes en montgolfière est tout aussi possible, comme la participation à une course de chiens de traîneaux. Chaque hiver, les hauteurs vosgiennes accueillent ces manifestations hautes en couleur.
Les originalités ne manquent pas dans une montagne qui peut compter aussi sur d’autres valeurs sûres. La pratique séculaire des fermiers-aubergistes est ainsi mise à profit à travers les formules associant une randonnée en raquettes et une halte culinaire dans l’un de ces hauts lieux de convivialité. Une expérience à vivre avec plaisir.
Les non-skieurs, on le voit, ne sont pas oubliés. Plusieurs stations mettent ainsi à leur disposition des pistes de luge, des sentiers piétons et, comme à La Bresse, plus de quarante kilomètres de « circuits raquettes » balisés, les accompagnateurs de montagne organisant des sorties encadrées.
Côté détente, on notera l’existence à La Bresse d’un complexe piscine-loisirs, avec toboggan, jacuzzi, sauna, hammam, musculation, tennis, escalade et bowling, et à Gérardmer celle d’un complexe patinoire, piscine, tennis…

GRANDES ET PETITES STATIONS POUR UNE « GLISSE PLAISIR »

Le ski de descente, traditionnel ou plus novateur, se pratique dans les Vosges sur une douzaine de domaines. Mais la nature s’impose comme un vaste champ de découverte pour les amateurs de ski nordique ou de raquettes.

Les arrondis du massif des Vosges séduisent. Chaque hiver, ils sont des centaines de milliers d’amateurs à se lancer sur les pentes des stations de ski vosgiennes. Proposant leur domaine de ski alpin entre 650 et 1 366 mètres, elles ne sont pas les seules à satisfaire la soif de glisse de cette clientèle fidèle. Avec ses forêts profondes, ses hautes chaumes panoramiques, la discrétion de ses vallons, la nature s’impose aussi comme un formidable champ d’évasion.
Question glisse, le vieux massif s’est en tout cas adapté sans complexe aux demandes nouvelles de sensations, sans oublier les techniques d’hier ànouveau en vogue. Le ski alpin, qui a vécu à Gérardmer dès le début du XXe siècle les premières grandes compétitions populaires nationales, se pratique sur une douzaine de domaines : à La Bresse (le Brabant, Lispach, la Schlucht – Vologne – le Hohneck), à Gérardmer (la Mauselaine), à Bussang (la Bouloie et Larcenaire), à Saint-Maurice-sur-Moselle (Rouge-Gazon et Ballon d’Alsace), au Valtin (Hautes-Navières), à Ventron (Frère-Joseph) et à Xonrupt-Longemer (le Poli)
Une centaine de pistes au total, de toutes difficultés, où débutants comme adeptes de parcours plus techniques trouvent leur bonheur dans une ambiance qui sait être festive Ces dernières années, de nombreuses initiatives ont permis d’améliorer le confort de la glisse et le débit des remontées mécaniques, dans les grandes stations notamment, alors que les sites plus modestes misent sur un ski plus familial. La présence de jardins des neiges pour les plus petits dans plusieurs stations ajoute à ce parti pris d’accueil de qualité.

Nouvelles glisses et raquettes
Dans une montagne qui a donné nombre de champions de haut niveau, le ski nordique bénéficie d’un éventail tout aussi large d’offres de glisse. On y dénombre plus de 300 Kilomètres de pistes de ski de fond balisées et damées et des domaines de renom tels que les Bas-Rupts (Gérardmer) et Lispach (La Bresse) où furent organisées des épreuves de Coupe du monde. Les adeptes du skating n’ont aucun mal à y exercer leur talent. Le ski de fond se pratique aussi sur les domaines entretenus de Xonrupt-Longemer, Le Valtin, Cornimont, Saint-Maurice-sur-Moselle, Ventron et Bussang. A noter l’existence d’une piste éclairée le jeudi soir à la Ténine (La Bresse) et les itinéraires balisés, mais non damés, comme le sont par exemple ceux du Girmont – Val-d’Ajol ou du Haut-du-Tôt.
Les nouvelles glisses telles que le surf ne sont pas en reste. Elles s’épanouissent dans les snow-parks des stations de Vologne – la Schlucht – le Hohneck (à La Bresse), et de la Mauselaine (à Gérardmer), alors que la station de Frère-Joseph (à Ventron) a fait, elle, le choix d’autoriser la pratique du surf seulement certains jours de la semaine, A La Bresse, le snow-park est même éclairé et sonorisé.
L’éventail des activités n’en reste pas moins ouvert, dans un massif tout aussi propice aux adeptes du ski carving, entre autres glisses originales. Avec un retour plutôt sympathique ces dernières saisons, celui du telemark enseigné à nouveau dans les Ecoles de ski français, et surtout celui de la raquette. Cette dernière discipline, qui facilite la découverte en douceur du massif, est l’objet de l’attention des professionnels tels que moniteurs de ski et accompagnateurs de montagne. En témoignent les programmes de randonnées proposés par ces derniers, en diurne comme en nocturne avec bivouac a la clé selon l’envie, et le partage tranquille et chaleureux d’une nature toujours en éveil. Un vrai régal.
HORS SKI. UNE DÉCOUVERTE MULTIPLE

Un séjour hivernal dans les Vosges ouvre de belles perspectives de découverte. La glisse y contribue. Mais dans une montagne marquée par la présence de l’homme, les activités artisanales et touristiques à découvrir sont nombreuses, et tout aussi attractifs les savoir-faire à partager.
La dépense d’énergie ouvrant fatalement l’appétit, il faut bien sûr s’arrêter sur quelques alléchantes spécialités du terroir. Une halte dans une ferme – auberge facilitera la découverte. Gérée par un agriculteur et sa famille, elle propose des productions fermières locales dans une ambiance conviviale. Viandes fumées, lard, pommes de terre cuites à l’étouffée, tourtes, sans oublier les fromages – munster ou géromé – et l’incontournable tarte aux brimbelles, nom local donné à la myrtille, constituent les pièces maîtresses du menu. La générosité de la nature, jointe au coup de main vosgien, entraîne à d’autres plaisirs gustatifs. Les confiseries vosgiennes – telles la Confiserie des Hautes Vosges à Plainfaing ou la Confiserie bressaude à La Bresse – ouvrent leurs portes. Un bon moment à vivre dans les parfums de sapin, de miel et autres mûres ou framboises.
A la rencontre des savoir-faire :  La créativité locale ne s’arrête pas là. Des potiers, des taxidermistes, des minéralogistes, des bijoutiers et autres papetiers d’art entendent bien partager, eux aussi, leur passion. Sur un registre plus industriel mais tout aussi productif, le département des Vosges bénéficie d’un savoir-faire reconnu en matière textile. Les entreprises gérômoises de linge de maison, les usines de confection, disposent de magasins d’usine ou de boutiques spécialisées. Pour un shopping au choix très varié.
Pour s’occuper intelligemment, plusieurs sites méritent l’attention, tel le musée du Textile de Ventron, tandis que les fêtes traditionnelles, comme la fête de la Saint-Nicolas ou la Foire aux andouilles du Val-d’Ajol, ne manquent ni d’attrait ni de couleurs (cf. calendrier des manifestations). À noter enfin le rendez-vous très prisé de Fantastic’arts, le Festival international du film fantastique de Gérardmer.
Les amateurs de boissons inédites apprécieront les petits crus vosgiens, ces boissons réalisées à base de jus de fruits : vins de rhubarbe, de groseille, de fleur de pissenlit… Une petite halte chez un producteur enchantera le palais tout en ouvrant le dialogue sur les autres atouts de la région. Et ils sont nombreux. Le travail du bois, une ressource indissociable du quotidien des montagnards, peut être aussi l’occasion d’une découverte enrichissante. Ainsi le public peut-il visiter plusieurs saboteries. D’autres artisans ont fait le choix de réaliser des objets de décoration ou des jouets en bois, alors que la montagne compte aussi des luthiers, qui fabriquent des instruments de musique traditionnels comme l’épinette. Une Route du bois recense toutes ces bonnes adresses liées au bois et à la forêt.


Page visitée 36 fois

Envoi
User Review
0 (0 votes)