Targon, la Gironde, France

Targon, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France

Targon, dont les habitants de la commune sont appelés les Targonnais, est une commune du département de la Gironde, située dans le  sud-ouest de la France, en région AquitaineLimousinPoitou-Charentes. La commune est traversée par le Grand Estey (ou Ruisseau de Patrouilleau) et l’Euille tous deux affluents de la Garonne. Appartenant à l’aire urbaine de Bordeaux, la commune est située dans l’Entre-deux-Mers, Targon se trouve à 26 km au nord de Langon, chef-lieu d’arrondissement et à 33 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département.

La commune est limitrophe de Blésignac au nord, Faleyras au nord-est, La Sauve au nord-ouest, Saint-Léon au nord-nord-ouest, Bellebat à l’est-nord-est, Montignac à l’est-sud-est, Soulignac au sud, Capian au sud-ouest, et Ladaux au sud-est.

HISTOIRE

En 1562, lors des guerres de religion, Blaise de Montluc, à la tête de l’armée royale et des catholiques, prend la ville et y pend 70 protestants dans les halles. Peu après, il bat les protestants Symphorien de Durfort et Guy de Montferrand, seigneur de Langoiran à proximité.Targon, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France

A la Révolution, la commune de Targon est formée par la paroisse Saint-Romain de Targon, son annexe, Saint-Genès de Toutigeac, forme la commune de Toutigeac et la paroisse Saint-Jean de Montarouch forme la commune de Montarouch. De 1794 à 1795, les communes de Toutigeac et de Montarouch sont rattachées à celle de Targon

PATRIMOINE

L’église Saint-Romain : cet édifice est une église romane du XIIe siècle, inscrite au titre des monuments historiques depuis 1925. Elle se trouve sur la place centrale de la ville, en regard de la mairie, à l’intersection des routes départementales D11 (Branne au nord et Cadillac au sud) et D237 (Cadillac-ouest au sud-ouest). Construite en style roman, par les templiers de Montarouch, l’église Saint-Romain dépendait de l’abbaye de La Sauve-Majeure à partir du XIIe siècle. Inscrite au titre des monuments historiques en totalité, l’église se composait, au XIIe, d’une nef unique rectangulaire et d’une abside en hémicycle voûtée en cul-de-four. La porte d’entrée se trouve sur le côté sud de la nef. Aux XVIe et XVIIe siècles av. J.-C., l’édifice a été agrandi par l’ajout d’un bas-côté de style gothique, d’un clocher-tour vers 1623 et d’une sacristie vers 1640. Le clocher carré accueille trois cloches, dont la plus ancienne est fondue tout au début du XVIè siècle (1505 ou 1517). Pendant les Guerres de religion, le chevet a été surélevé d’une chambre forte, garnie de meurtrières. Les échauguettes ou guérites en poivrière aux angles nord-est et sud-ouest sont d’époque Renaissance. Vers la fin du XIXe siècle (1877-1888), la nef a été entièrement refaite et voûtée en style néo-gothique. Les chapiteaux, notamment ceux du portail ont été refaits.Targon, la Gironde, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, France

L’église de Montarouch : c’est une église romane du XIIIe siècle ayant appartenu à l’Ordre de Malte et elle ne possède donc, ni abside ni bas-côtés, en ruine, inscrite au titre des monuments historiques en 1925. L’église se trouve au nord de la ville de Targon, le long de la route départementale D11 menant à Branne vers le nord, à environ 300 mètres au nord de l’intersection avec la route départementale D671 (ancienne route nationale 671, Créon au nord-ouest et Sauveterre-de-Guyenne au sud-est). L’édifice, selon Léo Drouyn, a été l’église d’un château occupé par des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ; les murs en ont été rehaussés au XIVe siècle et la tourelle qui date du XVIe siècle, est surmontée d’un pigeonnier, à l’angle nord-est.

La Commanderie de Montarouch : Montarouch fut construit vers 1160-1180, et ce d’après les analyses archéologiques de Léo Drouyn ou du Professeur Gardelles. D’abord commanderie templière jusqu’en 1312, elle fut réunie à l’Ordre de Malte et fonctionna sous cette règle jusqu’en 1790 au moment de la suppression des ordres religieux en France. Sur le mur Est, au-dessus du triplé de fenêtres on remarquera la signature de l’Ordre des Templiers : une grande Croix à branches égales, avec les extrémités légèrement pattées.