Le château de Chenonceau, Chenonceaux, France

Chateau de Chenonceau, Chenonceaux, Indre-et-Loire, Centre-Val d

Le château de Chenonceau est situé à Chenonceaux, commune du département Indre-et-Loire, situé dans la région Centre-Val de Loire en France. Il est construit, aménagé et transformé par des femmes très différentes de par leur tempérament. Il est édifié par Katherine Briçonnet en 1513, enrichi par Diane de Poitiers et agrandi sous Catherine de Médicis. Il devient un lieu de recueillement avec la reine blanche Louise de Lorraine, puis il est sauvegardé par Louise Dupin au cours de la Révolution française et enfin, transformé par madame Pelouze. C’est pour cette raison qu’il est surnommé le château des Dames. Château meublé, décoré de rares tapisseries et peintures anciennes, c’est le monument historique privé le plus visité de France, serti de plusieurs jardins d’agrément, un parc et un domaine viticole ». L’ensemble du domaine accueille annuellement 850 000 visiteurs. Le château est classé au titre des monuments historiques depuis son inscription sur la liste de 1840 et le parc par arrêté en date du 7 novembre 1962. Un extrait de l’ouvrage de Gustave Flaubert intitulé : Par les champs et par les grèves, 1881 : « Je ne sais quoi d’une suavité singulière et d’une aristocratique sérénité transpire au château de Chenonceau. »

Chateau de Chenonceau, Chenonceaux, Indre-et-Loire, Centre-Val d

DESCRIPTION

L’ENTREE DU DOMAINE

Allée d’honneur

C’est une grande allée qui mene au château, elle est plantée de platanes sur presque 1 km. De chaque côté de l’allée d’honneur : la ferme du XVIe siècle à droite, le Labyrinthe et les Cariatides à gauche. La paire de sphinx du XVIIIe siècle provient du château de Chanteloup à Amboise, ancien domaine du duc de Choiseul, dépecé au XIXe siècle.

L’avant-courChateau de Chenonceau, Chenonceaux, Indre-et-Loire, Centre-Val d

A droite et bordant l’avant-cour, le bâtiment des Dômes et le musée de Cires. Au centre, devant le château, la Cour d’Honneur avec la Tour des Marques. A gauche, la Chancellerie construite au XVIe siècle qui mène au Jardin de Diane.

Les Jardins

On y distingue deux jardins principaux situés de part et d’autre de la tour des Marques, vestige des fortifications précédant l’édification du château actuel :

  • Jardin de Diane de Poitiers, avec, au centre, un jet d’eau d’une conception surprenante pour l’époque, il jaillit d’un gros caillou taillé en conséquence et retombe « en gerbe » vers un réceptacle pentagonal de pierre blanche.
  • Jardin de Catherine de Médicis, qui est plus intime, avec un bassin central, et fait face au côté Ouest du château.

L’architecture extérieure

Le château se compose de deux parties : l’essentiel du château est constitué par un corps de logis Renaissance bâti sur la rivière elle-même, et un donjon médiéval élevé sur la rive droite du Cher qui fut remanié au XVIe siècle.

La tour des Marques

La tour des Marques est le seul vestige visible de l’ancien château médiéval de la famille des Marques, rasé par Thomas Bohier en 1515.

L’Intérieur du châteauChateau de Chenonceau, Chenonceaux, Indre-et-Loire, Centre-Val d

Dépassant l’entrée qui donne sur un vestibule central ouvrant sur quatre pièces de part et d’autre, vous verrez d’un côté : une salle des Gardes, par laquelle on accède à une chapelle, la « chambre de Diane de Poitiers » et le « cabinet de travail de Catherine de Médicis ». De l’autre côté : se trouve, un escalier donnant accès aux cuisines situées au sous-sol, la « chambre François Ier » et le « salon Louis XIV ». Au bout du vestibule, on accède à la galerie inférieure. Pour accéder aux étages supérieurs s’ouvrant chacun sur un vestibule, on prend L’escalier, à doubles volées droites, qui est accessible derrière une porte qui se situe au milieu du vestibule d’entrée. Le premier étage est constitué par : tribune de la chapelle – cabinet des estampes – chambre de Catherine de Médicis – chambre des Cinq Reines – vestibule de Catherine Briçonnet – chambre de Gabrielle d’Estrées – Escalier – chambre de César de Vendôme – galerie du premier étage. Le second étage comporte : Salles fermées – Vestibule du deuxième étage – Escalier – Chambre de Louise de Lorraine – Comble de la galerie (fermé)

La chapelle : les vantaux de la chapelle représentent le Christ et Saint Thomas. Mme Pelouze fit ouvrir les fenêtres couplées qui furent munies de verrières d’après les dessins d’un certain Steinheil. Les vitraux détruits en 1944, ont été remplacés par des œuvres de Max Ingrand en 1954. On voit dans la loggia de droite, une Vierge à l’Enfant en marbre de Carrare par Mino da Fiesole. A droite de l’autel, une crédence ouvragée ornée de la devise des Bohier. Un bas-relief « La Vierge aux poissons », réalisé en 1890 par le céramiste tourangeau Édouard Avisseau (1831-1911). Au mur, des peintures religieuses : La Vierge au voile bleu par Il Sassoferrato, Jésus prêchant devant Alfonso et Isabella par Alonzo Cano, un Saint-Antoine de Padoue par Murillo, et une Assomption par Jean Jouvenet. Dominant la nef, une tribune royale donnant sur « la chambre des Cinq Reines », au premier étage, datant de 1521.Chateau de Chenonceau, Chenonceaux, Indre-et-Loire, Centre-Val d

Le cabinet Vert : c’est l’ancien cabinet de travail de Catherine de Médicis, pendant sa régence

Librairie : c’est l’ancienne petite bibliothèque de Catherine de Médicis

Galerie du Rez-de-chaussée : comportant 18 fenêtres, longue de 60 mètres et large de 6 mètres, la galerie possède un sol carrelé de tuffeau et d’ardoise, ainsi qu’un plafond à solives apparentes, servant de salle de bal, elle fut inaugurée en 1577 lors des fêtes données par Catherine de Médicis et son fils Henri III.

Chambre de François Ier: elle contient la plus belle cheminée du château, qui fut refaite au XIXe siècle, ses trois niches « à baldaquins » furent ornées de statues.

Salon Louis XIV : tendu de rouge, ce salon évoque le souvenir du séjour que fit Louis XIV à Chenonceau le 14 juillet 1650.